logo site
bienvivre à géasque

le site d’une opposition constructive pour le bien de tous les habitants de la commune

Conseil Municipal du 24 Septembre : Mensonges, urbanisme, enquête de la Brigade Financière de gendarmerie
Article mis en ligne le 29 septembre 2019

par NRM

CONSEIL MUNICIPAL du 24 Septembre 2019
Plusieurs points d’urbanisme à l’ordre du jour du conseil municipal du mardi 24 Septembre, dont certains ont été ont été prétexte à de vifs débats entre les élus.
Le PLU intercommunal du territoire d’Aix a été adopté à l’unanimité, avec néanmoins certaines réserves, notamment concernant l’insuffisance de transports autour de Gréasque, la gestion de la forêt et l’aménagement des voies de circulation douces. Nous avons également souligné l’insuffisance de la prise en compte des problèmes de tri sélectif.
Plus polémique, le permis de construire des logements sociaux au Pascaret. Il est prévu un alignement de 3 immeubles en bordure de route, ce qui occultera non seulement la vue de tout le quartier vers la Sainte Victoire mais également supprimera toute la vue vers le PHO depuis la route. Nous dénonçons un dépôt de permis sur un terrain inondable non constructible, ce à quoi l’adjoint à l’urbanisme JL Turzo répond qu’il deviendra constructible après la réalisation de bassins de rétention. Mais pourquoi aller plus vite que la musique et déposer un permis avant la construction des dits bassins ? Ce projet est contraire à toutes les orientations du PLU, qui préconise la prise en compte de la vue sur les éléments patrimoniaux et naturels remarquables, et qui impose la prise en compte des zones inondables
Nous avons clairement précisé que nous ne sommes pas forcément contre la construction de logements sociaux mais d’autres emplacements de construction seraient bien plus adaptés. Annie Lea, élue du groupe majoritaire, a interrogé pour sa part sur le choix du bailleur social qui semble avoir été fait en catimini sans mise en concurrence ; elle est suivie par plusieurs élus de la majorité qui n’ont pas été associés au choix. Une élue dit même qu’elle a l’impression d’avoir été « escroquée ».
Nous avons bien sûr voté contre le dépôt de permis, et avons été suivis par 5 élus de la majorité, 5 autres se sont abstenus.
Le projet, avec 11 voix contre et 5 abstentions, n’est donc adopté que grâce à la voix prépondérante du Maire, qui sera donc totalement responsable de la réalisation du projet et de ses conséquences
A propos d’une servitude de passage que la commune s’apprête à concéder sur un emplacement réservé dans le PLU, Jean Luc Turzo adjoint à l’urbanisme nous soutient que « la servitude n’est pas sur la réserve » ; il faut que nous lui opposions les cartes du PLU prouvant le contraire pour le prendre en flagrant délit de mensonge ! Pascal Cortejo, adjoint aux travaux, nous révèle alors que M. Turzo lui a fait la même réponse mensongère en privé.
Helene Gaillard a alors asséné à monsieur Turzo « ça remet en question la crédibilité de toutes vos réponses ce soir, notamment sur les permis de construire accordés aux Gournauds » car il faut savoir qu’une forte polémique oppose la mairie aux habitants des Gournauds, plusieurs permis de construire ont été accordés dans le quartier alors que les travaux d’aménagement d’accès ne sont pas faits. M. Turzo a assuré que tout est conforme au PLU, nous vérifierons l’exactitude de ses déclarations car ses réponses en séances publiques et officielles nous paraissent parfois (volontairement ou pas ?) inexactes ou pour le moins incomplètes…
Pour clore ce volet de l’urbanisme, Nathalie Maurel a interrogé le Maire sur une enquête en cours de la Brigade Financière en soulignant « c’est la première fois dans l’histoire de la commune que la Brigade Financière enquête sur la mairie, que se passe-t-il ? » Le Maire n’a pas souhaité nous répondre sous prétexte que le point n’était pas à l’ordre du jour, mais nous nous interrogeons : quel est l’objet de cette enquête qui a entrainé l’audition à la gendarmerie de plusieurs élus ? Qu’est ce qu’on nous cache ?
Un dernier point a fait débat, l’aménagement d’une aire de camping cars à coté du skate park pour une facture de 260 000 €, nous dénonçons le coût exorbitant de l’opération, et déclarons que ce bel emplacement mériterait une appropriation par tous les gréasquéens, plutôt qu’être privatisé pour quelques touristes.
Pour terminer, plusieurs points portant sur la gestion du personnel, des règlements intérieurs et une subvention au twirling bâton ont été votés à l’unanimité.


Ma noisette

Ici vous pouvez afficher les articles avec le mot-clé "special".