logo site
bienvivre à géasque

le site d’une opposition constructive pour le bien de tous les habitants de la commune

Et si on parlait du Centre Communal d’Action sociale ?
Article mis en ligne le 7 mai 2019
dernière modification le 9 mai 2019

par NRM

Dans le dernier magazine municipal, le Maire se félicite de l’augmentation substantielle du budget de fonctionnement du CCAS depuis 2014 ; il a en effet augmenté de 100 000€.
A l’aide d’un imposant graphique, il nous explique que la part la plus importante de ce budget revient à la Petite Enfance (crèche et micro crèche), et nous rappelle son attachement particulier pour nos petits enfants.
Or, en juillet 2017, l’agrément de notre crèche a été modifié en ramenant le nombre de places de 30 à 24 enfants en accueil régulier et de 5 à 3 enfants pour l’accueil occasionnel : Où est la progression ?
La Caisse d’Allocations Familiales, principal financeur de ces structures, a été amenée à constater, lors de la signature d’un nouveau contrat Enfance Jeunesse (pour les enfants de zéro à 6 ans), que les objectifs demandés ces 4 dernières années n’ont pas été atteints, tant sur la quantité que sur la qualité.
100 000€ supplémentaires, moins d’enfants accueillis, moindre qualité, où est la grande avancée ?
De plus, alors que la mairie s’était engagée devant la CAF à financer des formations BAFA pour le personnel qui encadre nos enfants, aucune formation n’a été programmée en 4 ans !

Seulement 1% du budget du CCAS est consacré aux aides diverses (6880,26€), il faut croire qu’à Gréasque nos concitoyens sont épargnés par la crise qui rejaillit sur les français …

Avec la mise en place de la dématérialisation obligatoire, les gréasquéens, comme tous les citoyens, se heurtent tous les jours à la difficulté de rencontrer les services publics. Ceux-ci ne sont joignables que par mail ou par des numéros de téléphone payants. Le Maire et son équipe auraient pu manifester leur désaccord face à cette nouvelle politique imposée en proposant aux administrés un accompagnement dédié à ces services. Non seulement ils ne l’ont pas fait, mais ils ont accepté la suppression de la permanence des impôts sur la commune et que la permanence de la PMI se tienne désormais à La Bouilladisse au lieu de Gréasque …
Il est nécessaire de mener une réflexion dans ce sens et de prévoir une mise à disposition d’un ordinateur et d’un téléphone pour la population, avec une aide technique particulière en faveur des personnes fragilisées.

L’aide au permis de conduire n’a été utilisée que pour une seule personne ; en revanche, nous demandons depuis 4 ans au Maire et à son adjointe de mettre en place une aide aux transports pour les apprentis qui alternent scolarité et activité professionnelle : rien n’a été fait !

En fait, les 100000€ de plus affectés au CCAS dont le Maire se félicite ne sont qu’un transfert de charges du budget communal vers le budget de l’action sociale mais n’apportent aucun service supplémentaire pour les gréasquéens ; ceux-ci jugeront